Swisspower | Repowering : moins d’éoliennes, plus d’électricité

Repowering : moins d’éoliennes, plus d’électricité

Le nombre d’éoliennes du parc éolien de Volkmarsdorf en Basse-Saxe passera de 15 à 6 dans le cadre de l’opération de repowering qu’y a lancée Swisspower Renewables. Ray Zawalski, responsable du service Développement commercial/Repowering, nous explique pourquoi ces travaux s’avèrent nécessaires et comment procède son équipe.

Que signifie le terme « repowering » ?

Ray Zawalski : Le terme anglais « repowering » signifie littéralement « équiper de force nouvelle ». Il s’agit de remplacer d’anciennes installations éoliennes par des modèles plus performants. Les chiffres suivants montrent bien les avantages d’une telle démarche : les 30’000 turbines éoliennes actuellement installées en Allemagne ont une puissance moyenne de 1,5 MW. Les modèles de dernière génération en sont à plus de 5 MW. Grâce au repowering prévu en 2023 pour notre parc éolien de Volkmarsdorf, la production annuelle doit passer de 24 à 90 GWh alors même que le nombre des éoliennes sera réduit de 15 à 6.

Quel est l’élément déclencheur pour un repowering ?

Pour les parcs éoliens les plus anciens de Swisspower Renewables, le tarif d’achat garanti, accordé en Allemagne pour une durée de 20 ans, touchera bientôt à sa fin. D’un point de vue économique, le plus intéressant est de remplacer les installations éoliennes par de nouvelles installations sur le même site. Si nous remportons une nouvelle fois un marché en participant avec un tel projet au système d’appel d’offres de la loi sur les énergies renouvelables, nous pourrons compter sur un tarif d’achat garanti pour 20 années supplémentaires.

Quelles sont les alternatives ?

Lorsque le tarif d’achat prend fin après 20 ans, un parc éolien n’est généralement pas parvenu à sa fin de vie technique. Nous pourrions donc faire établir un rapport de poursuite d’exploitation qui vérifie entre autres la stabilité des installations. Si l’avis est positif, l’exploitation peut se poursuivre jusqu’à dix années de plus. Dans un tel cas, soit l’électricité est commercialisée en bourse – à des prix fortement fluctuants, pouvant même ponctuellement être négatifs ; soit nous concluons avec un gros acheteur un « power purchase agreement » (contrat d’achat d’électricité), mais le prix convenu sera comparativement faible. Ces deux solutions ne présentent donc un intérêt économique que s’il n’est pas possible de procéder à un repowering.

Dans quelle situation est-il impossible de procéder à un repowering ?

Le propriétaire du terrain peut refuser son accord à un repowering. Ou la protection de la faune et de la flore peut rendre impossible toute poursuite de l’utilisation du terrain. En Allemagne, les Länder ont par ailleurs pour partie introduit des distances minimales plus élevées entre les turbines éoliennes et les habitations, qui s’appliquent aussi en cas de repowering. De plus en plus de surfaces utilisées par le passé ne sont ainsi plus disponibles pour un repowering.

Est-il prévu de procéder au repowering d’autres parcs éoliens de Swisspower Renewables ?

Nous avons repris la plupart des parcs éoliens en 2014. À l’époque, ils étaient déjà pour partie en exploitation depuis plus de dix ans. Peu à peu, la question se pose donc pour tous les sites de savoir si un repowering est possible et comment le mettre en œuvre. Les nouvelles installations entraînent un changement d’usage, rendant nécessaires de nouveaux contrats de location pour les terrains. Nous prenons donc contact avec les propriétaires de manière précoce ; si nous ne nous y prenons que juste avant l’écoulement du tarif d’achat, d’autres nous auront certainement devancés. La pression concurrentielle autour des sites augmente de manière sensible.

Quelle est la procédure d’autorisation pour un repowering ?

La même que pour un nouveau parc éolien. Entre autres, nous faisons réaliser l’inventaire des populations d’oiseaux et de chauves-souris, vérifier les conditions de l’environnement naturel et du sol, et établir des rapports de projection de glace et autres rapports techniques. Il est compréhensible qu’il faille renouveler tous ces examens. Pour prendre l’exemple des oiseaux, la population, les trajectoires de migration et les comportements peuvent fortement évoluer en 20 ans. Mais à nos yeux il serait logique d’évaluer les populations animales différemment que dans le cas d’un nouveau projet : si des animaux s’établissent dans un parc éolien après sa mise en place, c’est qu’ils y ont trouvé de bonnes conditions de vie.

Comment le repowering modifie-t-il l’organisation de Swisspower Renewables en Allemagne ?

Nous avons élargi notre éventail en termes de personnel et de thématiques. Après l’achat des parcs éoliens, il s’agissait surtout d’assurer la gestion des actifs : exploitation, maintenance et décomptes avec les gestionnaires de réseaux. Maintenant, nous nous concentrons plus sur le développement de projets, les négociations de contrats avec les propriétaires de terrains et les relations publiques.

En Suisse, l’éolien peine toujours à s’imposer. De nombreux projets sont bloqués en raison de la résistance des riverain·e·s. Comment faire pour atténuer ce vent contraire ?

Il faut avoir conscience du fait que les installations éoliennes de conception récente font jusqu’à 250 mètres de haut. On ne peut pas les cacher, elles constituent une intervention visible dans l’environnement des riverain·e·s. Les générations plus anciennes ont particulièrement de mal à l’accepter. Un tel changement doit donc être bien accompagné. Il faut assurer une communication intense et des processus transparents, permettant idéalement aux riverain·e·s de s’impliquer. La participation financière fait aussi beaucoup bouger les lignes. En Allemagne, ce sont de petits montants à partir de 500 euros, qui sont rémunérés à taux fixe. Notre expérience montre que dès que les riverain·e·s participent financièrement aux turbines éoliennes, les installations les dérangent soudainement bien moins. L’objectif de toutes les mesures est de rallier la grande masse des indécis·e·s. Car les opposant·e·s dur·e·s ne se laisseront jamais convaincre.

L’Allemagne a voté et aura bientôt une nouvelle coalition gouvernementale. Quelles impulsions et quelles mesures concrètes en faveur de l’énergie éolienne en attendez-vous ?

Mon premier souhait se situe à un niveau méta. Ces dernières années, la politique allemande a trop cédé à la facilité et n’a pas exposé à la population les pleines implications de la transition énergétique. Il est temps que le gouvernement communique clairement : avec la production d’énergie décentralisée, de plus en plus de personnes habiteront à proximité d’une installation de production. C’est une condition de la réussite de la transition énergétique. Outre cette transparence, j’espère des améliorations concrètes. Premièrement, la conception des appels d’offres pour de nouveaux parcs éoliens devrait être modifiée de manière à supprimer le plafond annuel de la quantité de production mise en adjudication. Deuxièmement, il serait judicieux d’abolir les distances préétablies par rapport aux habitations et de laisser plutôt décider les acteurs locaux, qui sauront mieux évaluer la situation. En ce qui concerne le repowering, l’acceptation de la population s’étend souvent aussi à des distances plus faibles car les sites sont déjà établis. Troisièmement, nous souhaitons que le gouvernement fédéral mette en place un procédé rapide et homogène de désignation de surfaces pour l’énergie éolienne. Aujourd’hui, l’Allemagne n’utilise que 0,5% du territoire national pour l’énergie éolienne. En vue de la transition énergétique, l’objectif devrait être de 2%.

Swisspower Renewables en Allemagne

Swisspower Renewables GmbH est une filiale allemande de Swisspower Renewables SA, domiciliée à Berlin. Elle exploite 23 parcs éoliens en Bavière, dans le Brandebourg, dans le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, en Basse-Saxe, dans la Sarre et en Saxe. Ces installations éoliennes ont une puissance installée de 200 MW au total et produisent chaque année 345 GWh d’électricité.

En savoir plus.