Swisspower | Plus de 200 participants au Congrès des services…

Plus de 200 participants au Congrès des services industriels: la Conseillère fédérale Sommaruga félicite les services industriels pour leur contribution à la transition énergétique

Vendredi dernier s’est tenu le 4e Congrès suisse des services industriels à Aarau. Après la pandémie, les plus de 200 participants furent heureux de pouvoir participer cette fois en présentiel. Le point fort fut l’intervention de la Conseillère fédérale, Simonetta Sommaruga. Elle salua les efforts des services industriels pour réduire la dépendance aux énergies fossiles. En même temps, Sommaruga souligna l’importance d’accélérer le rythme, compte tenu de la guerre en Ukraine.

Pour en savoir plus sur les points forts du Congrès des services industriels, cliquez ici.

Le sujet qui domine l’actualité figurait aussi en tête de l’ordre du jour du 4e Congrès suisse des services industriels du 1er avril: la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine. «Nos soucis paraissent bien petits lorsque nous songeons aux habitants des villes d’Ukraine» déclara Ronny Kaufmann, CEO de Swisspower, lors de l’ouverture du congrès dans le Kultur- und Kongresshaus à Aarau. «Et pourtant, nous devons nous interroger: comment pourrons-nous, à l’avenir, disposer de suffisamment d’électricité? Comment allons-nous remplacer le gaz russe dans nos conduites par du gaz renouvelable? Et comment pouvons-nous approvisionner les habitant·e·s de nos villes en chaleur renouvelable?»

Ces questions étaient aussi au centre du discours de la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga dont la visite fut un point fort du Congrès des services industriels. La conseillère fédérale en charge de l’énergie insista sur la nécessité de s’affranchir rapidement de la dépendance vis-à-vis de l’étranger en matière de pétrole et de gaz et de les remplacer par des énergies renouvelables. Et de se féliciter: «Certains acteurs du marché l’ont compris, notamment Swisspower. L’alliance des services industriels travaille de manière engagée et constructive pour une Suisse qui ne veut plus envoyer huit milliards de francs par an à l’étranger pour du pétrole et du gaz.»

Mais la Conseillère fédérale Sommaruga a aussi mis en garde, la branche doit accélérer la construction d’installations de production d’énergie en Suisse: «Il ne s’agit plus de rester assis dans le tortillard mais de changer pour prendre le train express.» En se rendant moins dépendante du pétrole et du gaz, nuisibles au climat, et en produisant davantage d’électricité indigène à partir de l’hydraulique, le photovoltaïque, l’éolien, la géothermie et la chaleur ambiante, la Suisse réduit sa dépendance vis-à-vis de pays imprévisibles comme la Russie.

Enfin, Sommaruga aborda le sujet des installations CCF qui permettent de produire à la fois de l’électricité et de la chaleur en hiver et contribuent ainsi à la sécurité d’approvisionnement de la Suisse. La Conseillère fédérale déclara que son département examinait actuellement différentes interventions parlementaires concernant les installations de couplage chaleur-force. «Les résultats et les éventuels modèles d’encouragement pourront ensuite être intégrés dans les délibérations en cours sur la nouvelle loi fédérale sur la sécurité d’approvisionnement en électricité issue d’énergies renouvelables.» Ceci est actuellement en discussion au sein de la commission compétente du Conseil des États.

Mais Sommaruga n’a pas été la seule intervenante à tenir des propos clairs. Hans-Kaspar Scherrer, CEO de Eniwa AG et président du conseil d’administration de Swisspower AG, décrivit de manière saisissante les difficultés rencontrées par Eniwa AG lors de la rénovation de la centrale au fil de l’eau à Aarau. Alors que les associations environnementales sont d’accord avec la nouvelle construction grâce à de nombreuses mesures en faveur des poissons et des plantes, les recours de particuliers bloquent le remplacement de cette centrale plus que centenaire. Scherrer déclara qu’à l’époque, il avait rejoint la compagnie d'électricité Eniwa pour construire une nouvelle centrale hydroélectrique au fil de l’eau. «Au cours des dix dernières années, ce n’est pas de la construction dont je me suis occupé mais uniquement des procédures d'autorisation.»

Mais les exposés ne représentaient qu’une partie du programme du Congrès des services industriels à Aarau. Que ce soit autour d’une tasse de café durant les pauses, autour d’un verre d’apéritif pour clôturer l’évènement ou dans le cadre du dîner, on percevait à quel point tous les participants étaient heureux de participer en présentiel et de pouvoir de nouveau échanger dans le cadre d’un grand événement après la longue période de restrictions due à la pandémie.

Le Congrès suisse des services industriels

Les cinq organisateurs du Congrès suisse des services industriels sont: Association des entreprises électriques suisses (AES), Association Suisse de l’Industrie Gazière (ASIG), Union des villes suisses (UVS), Infrastructures communales (ASIC) et Swisspower AG. De nombreux partenaires ont rendu possible l’organisation du Congrès des services industriels de cette année – dont Eniwa AG et Hitachi Energy AG en tant que sponsors principaux.

Les présentations du Congrès des services industriels mises à disposition par les intervenant·e·s peuvent être téléchargées ici:

Programme principal

Breakout Sessions